Battle of the Sexes

Film sportif ? Militant ? Comédie ? Drame ? Je dois être honnête, je ne savais pas vraiment ce que j’allais voir. Mais bon, il y avait Steve Carrel, donc j’ai été le voir !

Et j’ai vraiment passé un très bon moment. Oui, c’est un film sur le tennis, mais pas seulement. Les réalisateurs Jonathan Dayton et Valerie Faris nous font découvrir l’un des tournants historiques de l’égalité homme-femme dans le sport et bien plus.

Au début des années 70, Billie Jean King est la star du tennis féminin et va se lancer dans un combat pour que femmes et hommes obtiennent les mêmes primes lors des grands tournois, notamment celui de Wimbledon, point de départ de l’histoire. Événement historique, la « Bataille des sexes » a été provoquée par Bobby Riggs, ancien numéro 1, profondément machiste, qui veut prouver que les femmes, sur un court et ailleurs, ne sont pas et ne peuvent pas être l’égal de l’homme.

Au-delà de la lutte égalitaire, le film fait le récit de l’amour naissant de l’héroïne pour une femme. Un combat qu’elle mènera pendant des années pour faire accepter l’homosexualité dans le sport.

L’incarnation

Les deux acteurs principaux, Emma Stone (Billie Jean King) et Steve Carrel (Bobby Riggs), incarnent brillamment leurs personnages. Deux caractères forts, mais non dénués d’humour ce qui donne au film des moments vraiment drôles et d’autres beaucoup plus dramatiques. Et c’est cette dualité d’émotions que j’ai appréciée dans la prestation des deux acteurs.

Le rythme est également bien géré. Chaque plan apporte quelque chose, on est capté du début à la fin sans longueur superflue. Les réalisateurs m’ont emmené avec eux.

Le récit d’un combat

Simplement parce qu’il s’agit d’un moment d’histoire méconnu très bien servi par deux acteurs qui n’ont plus rien à prouver, il faut voir ce film Mais aussi parce que le combat mené est fort et qu’il est encore d’actualité aujourd’hui. Un combat humain pour la reconnaissance d’une égalité dans le sport mais qui s’étend bien au-delà. Aussi pour voir que, depuis 1972, les mentalités ont bien évoluées, mais que nous sommes encore loin d’un idéal d’équité.

Si vous souhaitez en savoir plus sur Billie Jean King, Bobby Riggs et The battle of the sexes, Brut en a fait un sujet très bien fait reportage ici (attention, spoiler).

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s