L’insulte

Comment des blessures peuvent rouvrir et se propager

Dans ce film franco-libanais de Ziad Doueiri, deux personnages s’affrontent juridiquement, blessés l’un et l’autre dans leur fierté. Histoire assez banal s’il en est, mais qui, sans trop en dévoiler, va devenir le centre d’un conflit bien plus grand qu’eux deux.

Plusieurs décennies après la guerre civile qui déchira le Liban et sa capitale, Beyrouth, chrétiens libanais et réfugiés palestiniens cohabitent sur une corde raide. L’enjeu de L’insulte se passe sur deux volets. D’un côté, comment les blessures d’un passé non assumé sont restées ouvertes pour les habitants et, de l’autre côté, comment un cas particulier peut être utilisé à des fins partisanes.

Un double procès

Ce que j’ai trouvé très intéressant dans ce film c’est cette dualité entre le cas particulier et ce que celui-ci peut représenter dans un ensemble plus large (ici, le Liban). Les arguments utilisés par les deux parties et leurs avocats sont parfois très forts. Ils peuvent, à tour de rôles, être considérés comme injustes et violents, à la fois d’un point de vu historique mais également vis-à-vis de l’affaire jugée.

Plusieurs lectures

Je pense que de multiples points de vue peuvent être pris pour comprendre ce qui se joue dans le film. De plus que les deux acteurs principaux Adel Karam et Kamel El Basha assurent leurs rôles avec beaucoup de talents à la fois dans la puissance de leurs jeux que dans leur retenu et leur pudeur. La réalisation joue également beaucoup dans l’implication du spectateur avec des plans serrés et un rythme bien équilibré.

Pour faire simple, un film bien réalisé, bien joué et qui fait réfléchir !

2 Comments

  1. C’est bien résumé ! J’ai beaucoup aimé ce film, très humaniste, pacifiste et intelligent. Il faut savoir être fier de notre identité, mais aussi partager avec les autres cultures pour mieux les comprendre plutôt que de rester enfermés dans nos préjugés et tomber dans le jeu des comparaisons (ici, par exemple, la comparaison de la souffrance vécue par les deux peuples).
    Mon film de l’année pour le moment, juste devant 3 Billboards.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s