Les Pieds sur terre

Chronique d’une (courte) émission de France Culture qui nous fait faire de belles rencontres.

En ce moment, mon truc c’est de faire la cuisine et de courir dans les bois. Deux activités qui se prêtent parfaitement à l’écoute de la radio !

En tant que fidèle du service public dans sa globalité, j’écoute prioritairement Radio France. Je commence par France Info, mais au bout de 10 minutes on a compris. J’enchaîne sur France Inter, mais là, selon le créneau horaire, ça peut être difficile. Par exemple le midi, comment supporter la bande “originale” de Nagui qui passe son temps à se marrer en nous laissant de marbre. On a le choix entre bosser à la maison de la radio pour comprendre leurs vannes ou bien se farcir la promo de chaque invité qui passe par là. Ou encore, en fin d’après-midi, il faut attendre 15 min entre chaque bonne chronique de Par Jupiter ! à supporter le même schéma que le midi. Vous l’aurez compris, je n’aime pas les talk-shows à la radio.

Mais je ne suis pas seulement là pour répandre mon fiel bien sûr, je vais vous parler de ce qui m’a ému hier en grimpant sur la colline d’en face. J’ai osé écouter la radio que je pensais trop intello pour moi : France Culture.

Pour profiter de l’émission que je vais vous présenter, Les Pieds sur terre, vous n’avez besoin que de 28 minutes d’écoute, ce n’est donc pas très contraignant.

On commence par entendre la voix de Sonia Kronlund qui nous présente le cadre des interviews qu’elle va mener tout au long de l’émission. Ce sera le seul moment où l’on entendra une journaliste, le reste du temps de parole ne sera accordé, ni à Gérard Collomb, ni à Didier Deschamps, ni à Vincent Bolloré, mais à des inconnu.e.s.

Toutes les personnes que vous allez entendre ont leur avis à donner ou des histoires à raconter. Des histoires que vous pourriez entendre au comptoir d’un bistrot, dans le cortège d’une manif’, de la bouche d’un auto-stoppeur, bref, dans un endroit où l’on prend le temps de s’écouter et de s’exprimer. Donc si vous ne traînez pas au comptoir, que vous n’allez pas en manif’ et que vous ne prenez pas d’auto-stoppeur, cette émission est faite pour vous : vous allez enfin faire des rencontres !

Chaque émission a un thème précis, mais parfois, on est surpris par la tournure que celle-ci prend. Par exemple, après avoir choisi de podcaster Snapchat à Bobigny, je me retrouve finalement à écouter le témoignage d’une ado malmenée dans une histoire amoureuse qui va l’humilier et la couper de ses proches.

Le choix des intervenants n’est pas neutre évidemment et nous surprend parfois. Qui aurait cru que dans l’émission À la frontière, traitant de la traversée des Alpes par les migrants, on aurait droit à l’interview d’un membre de Génération Identitaire ! Je vous rassure, la part belle de l’émission a été donnée à ceux qui aidaient les migrants, mais malgré tout, il est intéressant de connaître la pensée de l’”ennemi”. On n’a pas souvent l’occasion de leur parler.

France Culture se permet aussi de prendre clairement parti. Le sujet sur Vanesa Campos, prostituée assassinée, tente de (et réussit à) forger notre avis à propos de la pénalisation de la prostitution. En effet, cette fois-ci, la totalité des interventions vont dans le même sens. On est immergé dans le quotidien de ces femmes, pour la plupart transgenres, et d’un homme, depuis la loi qui pénalise les clients des prostituées et donc la vie de celles-ci. Un quotidien qui est loin du nôtre et encore plus loin de celui des législateurs apparemment.

Cette émission est celle qui m’a le plus marqué, on se rend de nouveau compte que l’on vit en vase clos et que l’on donne son avis sans rien connaître. Elle donne envie de faire des rencontres comme celles-ci, ou d’écouter une autre émission.

Pour éviter que personne ne sache ce qui se passe aujourd’hui (car personne ne veut qu’il se passe quelque chose), je vous laisse écouter :
https://www.franceculture.fr/player/export-reecouter?content=310ad336-4096-472b-87c5-bf9fc3dd3fc2

Et pour ceux qui s’intéressent à ce sujet en particulier, voici une information révélée par le Canard enchaîné, une semaine après le tournage de cette émission, mettant en cause le port d’armes des policiers en dehors de leur service : https://paris-luttes.info/meurtre-de-vanesa-campos-l-arme-du-10691

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s